Les critiques // Scandal : Saison 4. Episode 15. The Testimony of Diego Muñoz.

Rédigé par Wyzman Rajaona
Après la petite pause politiquement incorrecte assurée par l'épisode de la semaine dernière, OPA est de retour. Enfin en partie, car comme on pouvait s'y attendre, plus rien n'est pareil depuis l'enlèvement d'Olivia – pour Olivia elle-même comme pour les autres.

Andrew a enfin accepté de lâcher son poste de vice-président. Et Mellie et Fitz ont une candidate toute désignée en la personne de Susan Ross. Véritable mère catastrophe américaine, elle n'a de cesse de se ridiculiser. Comme lors de cette première intervention télévisée où son rire fait littéralement fureur. Séparée de David depuis un moment, Abby entretient désormais une relation avec Leo, relation qui n'est pas de tout repos lorsque l'on connaît le tempérament explosif des deux amants. Et tout particulièrement quand ils tentent de bosser ensemble à la Maison-Blanche.

Mais le plus gros de ce nouvel épisode, c'est bien évidemment Olivia et Huck. Complètement traumatisée depuis son enlèvement qui a tout de même eu lieu dans son propre appartement, la jeune femme a tendance à vivre recluse et à très peu parler. Persuadée qu'elle n'a pas besoin d'aide pour s'en sortir, elle en profite pour venir au secours de la vieille dame noire qui la cherchait il y a de cela quelques épisodes. Amoureuse de longue date de la voisine abattue d'Olivia, elle tente de découvrir où celle-ci est passée. Une intrigue qui fait tout de même chaud au cœur ! Enfin, après que Huck lui ait donné tous les dossiers qu'il avait concernant B6-13, Kim (son ex-femme) décide de s'adresser à David pour qu'il mène une enquête. Pris de panique, David réunit Huck et Jake pour qu'ils trouvent une solution et Huck décide de se charger de tout. Sauf que cette fois, il dit la vérité, toute la vérité. Donnant ainsi lieu à une scène émouvante et à un monologue remarquable auquel même David n'est pas insensible. Si jusque-là, les fichiers n'ont fait que des va-et-vient entre les mains de décideurs, David choisit de faire ce qu'il avait entrepris de faire dès le départ : démanteler et épingler B6-13. Coûte que coûte !

Beaucoup moins intense que les précédents épisodes, celui-ci n'en est pas pour autant complètement différent. Comme les précédents l'ont fait, il vise à nous émouvoir grâce à des dialogues bien foutus et assez larmoyants - même pour les moins sensibles d'entre nous. Entre d'autres termes, c'est un épisode de transition. En attendant que le père ou la mère d'Olivia ne revienne, les scénaristes nous font patienter avec des scènes sacrément comiques (le rire de Susan) ou des séquences émotions (les souvenirs de Huck et les confessions de la vieille dame). Si le tout ne fait pas grandement avancer la série, difficile de trouver cela désagréable à regarder.

Note : 8/10. Bref, c'est pas mal du tout !

Dans le prochain épisode :