Les critiques // The Slap : Saison 1. Episode 1. Hector.

Rédigé par Karim Saoudi
NBC a diffusée cette semaine le tout premier épisode de The Slap, une mini-série remake de la version australienne. Chaque épisode semble se centrer sur un personnage de la famille d'origine grecque mais l'intrigue principale est plus axée sur les répercussions lorsqu'un enfant se fait battre pour la première fois. Retour sur ce premier épisode à la fois plaisant et absurde. 

La version australienne met inconnu, c'est donc par curiosité et pour le casting que je lance le premier épisode de The Slap. Tout au long de ce premier épisode on nous fait suivre Hector, un homme marié, père de deux enfants qui fête ses 40 ans avec sa famille, ainsi que sa maîtresse bien plus jeune que lui. On suit alors un homme qui se sent oppressé de passer l'étape de la quarantaine. Mais outre le personnage principal présenté dans ce premier épisode, on va aussi suivre les autres membres de la famille qui ne s'entendent pas très bien. Si l'intrigue autour de la maîtresse et du passage à la quarantaine parait très clichée, la partie absurde arrive lorsque le personnage de Zachary Quinto décide de remettre en place un enfant mal élevé qui, tout au long de l'épisode n'a fait que des bêtises. Le petit diable se prend alors une gifle et ça choque les parents qui vont même l'appeler animal et le menacer de le suivre en justice. 

Est-ce une réaction normale de la part des Américains ou The Slap nous présente les parents les plus ignorants ? En tout cas, la suite de la série semble vraiment continuer avec le personnage de Zachary Quinto qui va vraiment devoir témoigner devant un juge pour la gifle et les parents qui osent dire que c'est un acte qui peut marquer un enfant pour la vie. Finalement, The Slap a quelque chose qui attire à revenir, le casting est bon et il nous donne envie de suivre les personnages et pour ce qui est de l'histoire, ce sera intéressant de voir comment les parents vont réagir, ainsi que le dénouement autour du personnage de Quinto, sans oublier celui de Peter Sarsgaard qui trompe sa famille et qui a partagé une scène très ambiguë avec le jeune photographe Richie... A suivre.

Note : 6/10. En bref, un bon casting qui nous donne envie revenir mais des histoires absurdes et clichés qui intrigue tout de même. 

Dans le prochain épisode :