Les critiques // Scandal : Saison 4. Episode 12. Full Circle.

Rédigé par Wyzman Rajaona
Gladiators don't run. Avec un titre pareil, ce nouvel épisode promettait beaucoup de choses et ça n'a pas raté. Les choses évoluent comme elles doivent évoluer, mais cela n'a pas empêché les scénaristes de faire quelques petites erreurs. Explications.

Olivia a passé un accord avec Ian, l'un de ses ravisseurs : il ne va pas la "rendre" à Andrew comme prévu mais là vendre au plus offrant, ce qui lui permet de gagner un peu de temps. Malheureusement, Gus, l'un des kidnappeurs, n'est pas du tout satisfait de cette association et compte bien se faire entendre. Fitz est désormais bien entouré dans la recherche de sa précieuse car tout le monde a retroussé ses manches. Même Maia Pope ! Mais s'il y en a une qui est à l'écart, c'est cette Abby, que tout le monde a laissé dans le flou alors que sa "seul amie" a disparu. Une erreur considérable.

Toujours sur leur lancée, les scénaristes restent concentrés sur l'intrigue autour de l'enlèvement d'Olivia. Au cas où vous ne l'auriez pas compris, sa disparition est un drame national et sa "vente" met le pays en position de faiblesse. Bien. Résolu à ne pas abandonner celle qu'il aime, Fitz est enfin un homme d'action. Si l'on espère une vraie altercation avec Andrew, celle-ci ne vient pas dans cet épisode. Ce dernier est avant tout un flux constant de conversations politico-menaçantes et ce n'est pas plus mal. Car même en danger, les grandes femmes que sont Olivia et Mellie gardent la tête froide.

Ne voulant pas délaisser leurs Gladiators, les scénaristes ont décidé de faire revenir Abby dans le jeu, donnant à son interprète, Darby Stanchfield, une scène d'anthologie. Parfait. Huck et Quinn ne sont pas non plus mis de côté : la folie du premier fait ressortir les craintes de la seconde et tout cela est franchement cool. Pas de quoi en faire toute un plat certes, mais suffisamment pour que l'épisode fasse longuement réfléchir. Avec ses 4 climax, ses 4 temps forts que sont la mort d'un ravisseur, la boucherie de Huck, la crise d'Abby et les propos dérangeants de Huck, cet épisode s'avère bien différent des deux précédents mais pas nécessairement moins bon.

Oui, cela fait du bien de voir les Gladiators à leur top niveau. Oui, on aime voir Fitz et Jake s'allier et Cyrus donner des ordres à Elizabeth. Mais le plus important est qu'à la fin, Olivia n'est toujours pas saine et sauve. Et cela nous dérange un peu. Car on l'aime bien (rectification : on l'aime davantage) notre Olivia quand elle est à Washington. On dort mieux quand elle est à Washington ! De plus, cette "pause" patriotique (composée d'un montage alterné avec Fitz en plein discours et Mellie en train de soutenir les familles des soldats) nous dérange un peu. C'est beau mais un peu gros, un peu trop pour Scandal qui nous a habitués à plus subtil vous en conviendrez. Cependant, impossible de nier l'évidence : on n'a jamais été aussi accro au show !

Note : 8/10. En bref, vivement la semaine prochaine !

Dans le prochain épisode :