Les critiques // Scandal : Saison 4. Episode 11. Where's the Black Lady?.

Rédigé par Wyzman Rajaona
"Where's the Black Lady?" Telle est la question que tout le monde a désormais sur les lèvres - autant les spectateurs que les personnages principaux de la série. Car après l'épisode de la semaine dernière où nous étions restés avec une Olivia Pope dans une fausse prison, nous voilà de retour à la Maison Blanche. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire

L'enlèvement d'Olivia a été commandité par Andrew, le vice-Président. Cupide et arriviste, il compte se servir d'elle pour obtenir tout ce qu'il veut de Fitz : une guerre en Angola de l'Est et le plus important, son poste dans trois ans - si ça n'arrive pas plus tôt. Visiblement pas au courant de ce qu'il avait prévu de faire, Elizabeth n'a d'autre choix que d'aider nos Gladiators, après que Huck lui ait rendu quelques visites nocturnes. Avec l'aide de Jake, Mellie, Cyrus et David, Fitz se creuse les méninges pour tenter de récupérer celle qu'il aime. Et le temps est compté car Andrew lui met la pression pour qu'une guerre soit lancée.

Bien que l'on soit de retour à Washington, ce onzième épisode ne s'éloigne pas nécessairement du précédent. Si l'on a désormais les points de vue de tous les protagonistes, c'est pour mieux comprendre l'importance de la relation Olivia/Fitz (au cas où cela nous aurait échappé) et l'intelligence dont la fameuse "Black Lady" fait preuve. Absolument terrifiée et horrifiée par ce qu'elle voit, Olivia reste égale à elle-même et n'hésite pas à la ramener quand elle le peut. Du grand Olivia ! En retournant le personnel de la Maison Blanche contre le Président, les scénaristes font de ce grand bâtiment un endroit hostile, peut-être même plus que l'endroit où Olivia est retenue. Complètement anxiogènes, les murs ont un goût amer cette semaine. Et si l'on aurait aimé que l'action aille un peu plus vite au moment de retrouver Olivia, force est de constater que cela servait un but majeur : faire monter la tension dramatique. Et c'est réussi ! Jusqu'à la dernière seconde, jusqu'au dernier plan, impossible de dire comment tout cela va se terminer.

Alors oui, les choses ne sont pas réglées dès cette semaine. Et oui, l'intrigue autour du kidnapping d'Olivia - qui est désormais une vente - devrait nous tenir en haleine un petit moment. Mais tout cela est pour notre bien. Nous qui voulions quelque chose de nouveau, quelque chose qui nous fasse sortir des habituels trames Olivia-Fitz-Mellie + Eli, nous sommes servis ! S'il n'est pas question ici de gros retournement de situation (je n'en dirai pas plus pour ne rien spoiler), cet épisode continue ce qu'avait entamé  le précédent : revenir au thriller politique qui faisait l'essence de Scandal. Et après avoir passé 40 minutes enfermés dans la tête d'Olivia la semaine dernière, il fait bon de voir Fitz complètement désarçonné et quasiment sans ressource. Même si j'espère qu'Olivia ne restera pas un lot de consolation trop longtemps, c'est-à-dire pas plus d'un épisode à partir de cette semaine, la voir complètement larguée est un régale !

Note : 8/10. Bref, c'est vraiment bon !

Dans le prochain épisode :