Les critiques // Looking : Saison 2. Episode 4. Looking Down the Road.

Rédigé par Wyzman Rajaona
Toutes les bonnes choses ont une fin. Voilà peut-être ce qu'il faudra retenir de ce quatrième épisode, aussi sérieux qu'intense, aussi réaliste que dramatique. Car il s'en passe des choses à San Francisco, dans la vie des protagonistes de Looking, ainsi que dans la vie des autres personnages. Explications.

Patrick prend officiellement son pied avec Kevin, qu'il soit passif ou actif. Et ça tombe bien parce que ce dernier en redemande. Malheureusement, le moindre moment de bonheur qu'ils passent ensemble s'achève dès lors que le fantôme de John apparaît. A moins que ce ne soit vraiment lui !? A côté de cela, Agustin continue de faire la connaissance d'Eddie, un nounours au grand cœur et au pragmatisme certain. Voilà qui devrait faire beaucoup de bien au petit Agustin, avoir quelqu'un de terre à terre à ses côtés. Enfin, Dom ouvre les yeux quant à sa relation avec Lynn : il ne pourra jamais rivaliser avec ce que Lynn a déjà eu, a déjà vécu.

Filmé par Ryan Fleck, déjà derrière la caméra pour l'épisode "Looking Top to Bottom", sa patte se fait encore plus sentir dans "Looking Down the Road". Et ce, pour notre plus grand bonheur. Ses plans de San Francisco sont magnifiques, même lorsque rien ne s'y passe. Un comble ! A sa manière, il retranscrit parfaitement les sentiments des personnages. En particulier ceux de Patrick qui ne savent jamais où aller, vers qui se tourner et s'ils sont justifiés. Du coup, lors de ses moments passés avec Richie, les plans sont fixes. Par opposition, ceux avec Kevin sont beaucoup plus mobiles, comme ce faux travelling - fait en caméra portée - lorsqu'ils évoquent leur possible futur ensemble. Quant à ce plan final, ce génial plan final, qu'en dire ? On voudrait continuer à marcher Patrick, ne pas le laisser seul en pleurs maintenant qu'il a compris. "Compris quoi ?" demanderont certains. Eh bien compris que Kevin n'est pas aussi parfait qu'il le pensait et que les choses ne peuvent se passer aussi bien que prévu. Cela étant, Roberto Aguirre-Sacasa, l'auteur de cet épisode, a réussi à nous rendre Kevin appréciable. Dans d'autres circonstances, nous aurions raison de le détester, mais pas ici, pas cette fois. La semaine prochaine peut-être…

Du côté de Dom aussi, tout ça sent la fin. Comme un moment de bonheur passager, les choses se compliquent avec Lynn. Et pas qu'un peu ! Vivre dans ce qui a tout d'un mausolée à la gloire de l'ex de son mec est une chose, prendre sur soi et foncer tête baissée dans un plan à trois en est une autre. Si nous savions tous que rien était réglé, force est de constater que la chute est rude pour notre moustachu préféré. D'autant plus les deux "vieux" partagent plus qu'une relation sentimentale. Bref, autant dire que l'on rigole peu cette semaine, mais ce n'est pas pour me déplaire. Après trois épisode de pur bonheur, où l'on a beaucoup ri, où l'on s'est moqué de tout, où l'on a eu cette sensation de partir en vacances, il faut bien rentrer et affronter la réalité. Ou du moins, affronter les conséquences de ses actes et se confronter à des sentiments trop exacerbés.

Par chance, le sort d'Agustin permet de relativiser. Tout n'est pas si gris cette semaine. Si l'Hispanique s'est plus ou moins trouvé une nouvelle vocation, cette dernière pourrait bien le faire grandir. A moins que ce ne soit le rôle d'Eddie, ce personnage atypique mais franchement rafraichissant !? Ensemble, ils forment un duo quasi impensable jusqu'à peu, mais finalement très logique. Leurs conversations sont tendres, leur name-dropping est percutant et pertinent, réaliste et comique. Tout comme cette première rencontre avec les jeunes du Refuge, insolents mais adorables.

En reprenant précisément là où le précédent épisode s'était arrêté, "Looking Down the Road" nous rappelle à tous que tout ce qui commence est amené à s'achever. Tôt ou tard. Que les bons moments que l'on passe ne durent pas éternellement et qu'à moins d'être vraiment bien préparé, la réalité finit toujours par nous rattraper. Qu'il s'agisse de ces relations éphémères dans lesquelles on s'embarque ou de ces rares instants où l'on peut s'abstenir de gagner sa vie. Bien que trop souvent présenté comme une alternative à Kevin, Richie fait plaisir à voir cette semaine. Loin des névroses de Patrick, il s'épanouit et apparaît beaucoup plus heureux que dans la première saison. Et c'est touché par les dialogues et les jeux de regard entre acteurs que l'on savoure ce quatrième épisode, que l'on regarde Patrick faire mine de savoir où il va, que l'on écoute Kevin exprimer clairement ses sentiments (pour une fois) et que l'on arrêter d'imaginer un happy end entre Dom et Lynn.

Note : 10/10. En bref, un grand épisode, mature et réfléchi !