Les critiques // Constantine : Saison 1. Episode 13. Waiting for the Man.

Rédigé par Jordan Foulon
Voilà, nous y sommes, le dernier épisode de la saison 1 du plus célèbre exorciste des USA: Constantine. On ne connais toujours pas l'avenir de Constantine pour les années à venir mais dans ce "season final" on retombe dans tous les travers de la série : un freak of the week, la campagne des rednecks américains, un supporting cast réduit au juste minimum. On retrouve jusqu’aux plus petits tics de la série, ses habitudes dérangées de s’intéresser d’abord aux modèles typiques de la famille américaine, de s’achever dans un bar où quelque lieu propice aux échanges sur le salut de l’âme et l’après traumatisme. 

Autant le dire tout net : je suis très déçu par cette fin sans ambition, et s’il m’est arrivé de me montrer optimiste tout au long de cette saison, cette série reste une amère désillusion me concernant. Le fil rouges est inexistant, enfin il est présent mais vraiment discret. Pourtant l'histoire est pas mal, un psychopathe tueur de jeunes vierges couplé à une histoire de fantôme. En plus nous avons la présence de Jim Corrigan alias le Spectre et Papa Midnite. Le format série TV sacrifie trop aux comics sur cet exemple d’adaptation télévisuelle. 

On ne retrouve pas grand-chose du Constantine des comics et de sa richesse d’histoires, sinon la prestation de Matt Ryan, entachée par une réalisation qui nous rappelle Charmed, comme si rien n’avait été fait entre aujourd’hui et le début des années 2000 pour qu’on puisse s’attendre à mieux, surtout d’un comics qui a reçu si souvent l’approbation des critiques, et des auteurs/dessinateurs venus des plus hautes sphères de l’industrie au cours de son histoire.

Note: 5,5/10. En bref, une fin de saison plate et décevante.