Les critiques // Constantine : Saison 1. Episode 11. A Whole World Out There.

Rédigé par Jordan Foulon
Constantine revient cette semaine et s'éloigne assez de son fil rouge, mais dans cette épisode nous avons beaucoup de sentiments, ou d'émotions, et nous avons un sérial Killer venu d'une autre dimension, et aussi un John Constantine sur son canapé en caleçon ... La série nous montre à nouveau un "Freak Of The Week", le fil rouge est seulement évoqué, et personnellement, j'ai l'impression que les effets visuels pour cet épisode ne suivent pas par le fait que la série serait trop ambitieuse. 

A plusieurs reprise Many vient donner un petit (voir gros ça dépend des moments) coup d'aile à Constantine. J'espère vraiment que le personnage sera plus exploité dans le prochain épisode (centré sur les anges) car depuis le début de la saison il ne fait que des petites apparitions et ce personnage mérite d'être largement plus exploité ! L’ange envoie Constantine à l’Université d’Ivy pour aider son ami Ritchie Simpson qui lui aussi a touché le fond à sa manière depuis Newcastle, et alors que l’on avait juste rapidement croisé le personnage dans le pilote, ici on en découvre plus sur la version de la série tv. Un personnage très touchant, qui a perdu pied et n’attend plus vraiment grand choses tout en se cachant de la menace qui émerge dans son petit bureau et dans ses cours. Son assistant fera même un (grosse) boulette en ouvrant l'autre dimension et se retrouve face à un psychopathe qui cherche à punir ceux qui se sont introduit chez lui.

Ce psychopathe c’est ni plus ni moins que William Mapother qui incarne Jacob Shaw, le genre de féru de la torture propre sur lui, dément et très poli. Il fait flipper, franchement, c’est un excellent choix pour le casting. Le type même sans parler dégage un truc hyper dérangeant. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il est souvent choisi pour des rôles suspects. John Constantine fera alors tout pour sauver les étudiants de cette université, avec Ritchie qui lui mettra quelques claques, la relation entre les deux hommes est très intéressantes car se sont de vieux amis ayant vécu la même scène traumatisante appelée "Newcastle".

Bref, au niveau du fil rouge on avance pas, je dirai même que l'on recule, nous sommes à deux épisode de la fin donc ne pas encore développer son fil rouge à ce moment est très risqué, même si à la fin de l'épisode nous avons droit à un bon cliffhanger qui nous fait accrocher pour la suite !

Note: 6/10. En bref, un épisode trop ambitieux ...

Dans le prochain épisode :