Les critiques // The Walking Dead : Saison 5. Episode Slabtown.

Beth est de retour, avec un épisode qui lui est entièrement consacré ! La série avait déjà tenté au cours de la 4e saison de centrer ses épisodes sur un personnage ou un groupe précis, avec un succès plutôt mitigé. Il semblerait que les choses ont changé. La jeune fille se réveille dans un hôpital - comme Rick au début de la série - et nul doute que le décor est propice à l’ambiance glauque et sombre qui ressort de cet épisode.

C’est dans une ville d’Atlanta apocalyptique qu’un petit groupe de personne tente de faire perdurer un minimum d’humanité au sein d’un hôpital. De prime abord, on pense que Beth a trouvé un havre de paix mais il n’en est rien tant les pratiques tyranniques de la gérante des lieux donnent rapidement des envies d’ailleurs à la fille du défunt Herschel. Le principe est simple : On n’a rien sans rien. Les personnages principaux (un peu caricaturaux avouons-le) de l’hôpital se trouvent être une chef au caractère à la limite de l’hystérie, un médecin n’hésitant pas à éliminer ce qui s’apparente à de la concurrence et un policier quelque peu pervers.

Emily Kinney joue parfaitement son rôle de petite fille timide et fragile (en apparence seulement) et tente de s’échapper avec un jeune homme rencontré plus tôt. Les dernières minutes sont intenses et ressemblent un peu à un survival dans le style de Resident Evil. A maintes reprises, on aurait pu penser que Beth n’allait pas survivre. Même si la tentative d’évasion est un échec, son compagnon d’infortune lui, à réussi à s’en aller. Très probablement suivi par la jolie blonde dans très peu de temps.

Note : 8/10. En bref, une histoire intéressante, un épisode oppressant comme on aimerait en voir plus souvent.

Par : Jordan Taffinovic