Les critiques // American Horror Story : Saison 4. Episode 5. Pink Cupcakes.

Ryan Murphy et les autres scénaristes frappent fort avec l’épisode « Pink Cupcakes ». Entre dégoût, horreur et sympathie, le téléspectateur ne sait plus quoi ressentir envers les divers personnages.

La première scène nous montre Maggie et Stanley qui assistent à un gala au Musée Américain de la Morbidité. Et l’attraction principale du gala se trouve dans des tanks masqués par des rideaux. Au moment de lever le rideau, c’est un de freaks de la troupe d’Elsa que nous découvrons. Heureusement toute la scène n’était en fait qu’un futur imaginé par Stanley lui-même qui compte bien faire fortune avec tous les membres de la troupe. Maggie l’aidera de l’intérieur tandis qu’il se chargera de charmer Elsa et les sœurs Tattler en leur faisant miroiter un futur brillant à la télévision. La jeune (fausse) diseuse de bonne aventure ne se résout pourtant pas à sacrifier Jimmy et prévient le jeune homme qu’il devrait s’en aller, et vite. Malgré ses pinces de homards, Jimmy se révèle une nouvelle fois être un des seuls personnages réellement bons et humains de la série.

Quant aux jumelles et à Elsa, elles se révèlent plus difficiles à convaincre que Stanley ne l’avait prévu, même si Elsa se laisse finalement tenter par la télévision après un spectacle raté à nous fendre le cœur. Mais toute trace de pitié pour elle disparait à la fin de l’épisode. Pour ne pas se faire éclipser par les deux sœurs auxquelles Stanley s’intéresse aussi, Elsa se débarrasse d’elles de la pire façon possible : elle les amène chez Dandy qui avait été complètement séduit lors de leur spectacle. Après avoir échappé au cupcake empoisonné et à une mort affreuse qui nous a donné froid dans le dos, les ennuis des deux sœurs ne sont pas finis. D’autant plus que l’épisode a montré Dandy sous une lumière plus que terrifiante. Prêt à accepter son destin de psychopathe qui, apparemment, est une histoire de famille, Dandy se rend dans un bar gay pour attirer sa victime. Victime qui n’est autre que Matt Bomer. Celui-ci venait d’ailleurs d’avoir une conversation surprenante avec Dell, qu’on découvre sensible et torturé dans un moment presque touchant.

Les sentiments amenés par la confession de Dell et de son homosexualité sont également vite dissipés lorsque celui-ci s’en prend au médecin qui a proposé à Desiree de raccourcir son « pénis » qui n’est en fait qu’une excroissance de son clitoris. Quant à Andy (Matt Bomer), la durée de vie de son personnage sera hélas raccourcie par Dandy qui l’amène dans l’ancien refuge de Twisty le Clown. Après avoir fait déshabiller Andy, Dandy se pare du sourire de Twisty et poignarde le jeune homme violemment. Ames sensibles s’abstenir, la scène est longue, difficile et particulièrement choquante. D’autant plus qu’Andy ne meurt pas au premier coup de couteau et qu’on voit son agonie se prolonger jusqu’à ce que Dandy se mette à lui scier les membres pour faire disparaître les preuves. FX nous livre ici un épisode fort en émotions qui va toujours plus loin dans la noirceur de certains personnages. En attendant il faudra attendre le prochain épisode pour savoir ce qu’il adviendra des freaks.

Note: 9/10. En bref, un excellent épisode fort en émotions !

Dans le prochain épisode : 

Par : Jordan Foulon