Les critiques // The 100 : Saison 2. Episode 4 et 5. Many Happy Returns/Human Trials.

Après un quatrième épisode riche en rebondissements, marqué entre autre par la mort d’Anya après un combat épique, les retrouvailles entre Octavia et Bellamy, ou encore Finn sombrant de plus en plus dans la folie, ce cinquième épisode poursuit sur la même lancée et va même plus loin.

On pouvait reprocher à la première saison d’être trop fade, d’être une série pour adolescents en manque de sensation, cette saison 2 est d’une bien meilleure qualité. 

L’épisode commence par des retrouvailles émouvantes entre Clarke et sa mère, néo-chancelière. Cependant, cette dernière comprendra vite que sa fille n’est plus l’enfant qu’elle a connu dans l’espace. C’est certainement le seul moment joyeux de cet épisode. Clarke décide à peine remise sur pieds de partir à la recherche de Finn (et accessoirement Murphy) accompagnée de Bellamy et Octavia. Ce même Finn sombre encore plus en n’hésitant pas à tuer des innocents, sans ressentir la moindre émotion. Le personnage semble avoir atteint un point de non-retour. Je le vois mal redevenir comme avant comme si de rien n’était. La scène est intense, accentuée par les cris de Murphy le suppliant d’arrêter le massacre. Placé en fin d’épisode, le moment est poignant.

De son côté, Kane se fait piéger par le « grounder ». Son envie de paix lui vaut un manque de méfiance fatal. Il se retrouve donc prisonnier à son tour, dans la même cellule que son ami Jaha. Je trouve qu’il a baissé sa garde trop facilement, en connaissant les antécédents entre les deux peuples. Les retrouvailles entre les deux anciens chanceliers sont plutôt ironiques et inattendues. A Mount Weather, les choses commencent à devenir claires. Si Clarke a su s’échapper, non sans mal, il semblerait que les autres soient sur le point de passer un sale quart d’heure. Lincoln est drogué et subit des expériences scientifiques. Il semble que les dirigeants veulent créer une armée pour se défendre, à base de lavage de cerveau et de seringues. C’est du moins mon opinion. Le combat à mort que gagne Lincoln pour le simple plaisir d’une piqûre montre qu’il n’est plus lui-même, et qu’il sera bientôt totalement dicté par cette drogue dont on sait peu de choses. 

Jasper, à son insu est le premier « essai humain » réussi. Son sang a été transféré pour sauver sa belle qui a été exposée à des radiations. Ça donne des idées au fils du directeur quand son père lui demande ce qu’il ferait : « Je les utiliserais. Notre peuple avant tout ». Mouth Weather n’est donc pas si parfait que ça.

Note : 8/10. En bref, un très bon épisode, Finn est devenu totalement hors de contrôle, Lincoln devient petit à petit une bête, et Mount Weather dévoile enfin ses intentions. Vivement l’épisode six !

Par : Jordan Taffinović